Les Briseurs de formules


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 11 avril 2007
par  ps

Introduction : Combattre l’orthodoxie

La littérature écrite par les anarchistes n’est pas une littérature confortable. Elle est à l’image de la révolution anarchiste, qui ne consiste pas à s’emparer des appareils d’État mais à détruire les faux dieux de la société, et qui ne peut donc être définitive mais doit toujours déboucher sur une autre (...)
mercredi 11 avril 2007
par  ps

L’écriture paradoxale : contre les lieux communs. - Repenser (reformer) les liens sociaux

L’écriture paradoxale : contre les lieux communs. - Repenser (reformer) les liens sociaux La littérature écrite par les anarchistes n’est pas une littérature confortable. Elle est à l’image de la révolution anarchiste, qui ne consiste pas à s’emparer des appareils d’État mais à détruire les faux dieux (...)
mercredi 4 avril 2007
par  ps

De l’homéopathie à dose politique

Examinons maintenant l’attitude des anarchistes face à ce que l’on considère comme maladie du corps social. Que faire lorsque le corps peut survivre, mais qu’une de ses parties est souffrante ? C’est-à-dire, si l’on poursuit la métaphore du « corps social », lorsqu’une partie de la population fait (...)
mercredi 4 avril 2007
par  ps

Le refus de l’exclusion

La métaphore du « corps social » pose évidemment la question de l’inclusion et de l’exclusion des individus dans le grand organisme. Quels membres seront jugés représentatifs et quels membres seront considérés comme étrangers à l’ensemble ? La formation de catégories identitaires, constitutives des (...)
mercredi 4 avril 2007
par  ps

De l’auteur...

L’écrivain : l’Unique L’écrivain anarchiste ne se retranche pas derrière une feinte impassibilité : il affirme au contraire sa subjectivité, c’est-à-dire « tout ce qui a rapport au Moi et à la vie intérieure », selon Han Ryner. Sa parole n’a en aucun cas une portée universelle, prend-il bien soin de (...)