Volume I. Panorama

Il m’a paru nécessaire de commencer par une approche globale de la question de « l’engagement » des écrivains anarchistes. La catégorie « littérature des anarchistes » étant une catégorie à construire, j’ai voulu montrer ce qui justifie le regroupement de ces écrivains, aussi divers soient-ils, au sein d’un même corpus. Je me suis donc attachée à définir ce qui, dans les années 1880-1900, les rapproche, à savoir : une certaine conception de la « mission » de l’écrivain. Tentant de recréer l’ambiance de la fin du dix-neuvième siècle qui permet un véritable dialogue entre théoriciens de l’anarchisme et écrivains, j’insiste sur ce qui fait la spécificité et l’originalité de la démarche de ces littérateurs ou militants qui refusent de séparer les domaines littéraires et politiques .

Je donne ensuite un aperçu de cette « littérature de combat », en m’attachant à cerner la spécificité de chaque genre : la poésie et la chanson, le théâtre, le roman et les autres formes, et en insistant sur la diffusion et la réception des œuvres en leur temps