R.A. Forum

Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > Rue des Anars : Portraits et bibliographies > B > BAJIN ou BA JIN [Pa Kin, pseud. de Li, Pei-kan.] 1904 - 2005 > BAJIN ou BA JIN, pseud. de LI PEI KAN. (1905 - 17 oct. 2005). Ecrivain (...)

BAJIN ou BA JIN, pseud. de LI PEI KAN. (1905 - 17 oct. 2005). Ecrivain chinois

Oeuvres, études, films

Pa Kin est un des romanciers chinois contemporains les plus réputés. Il est surtout connu par sa trilogie Famille, Printemps et Automne

Œuvres de Pa Kin traduites en français

Liste établie par Angel PINO [1]

[1] Pakin, Brumes, roman traduit du chinois avec introduction et notes par J. Monsterleet, dactylographié, thèse complémentaire pour le doctorat ès-lettres, Faculté des lettres de l’Université de Paris, sd [1947], XVI-107 pp.

[2] “Un cœur d’esclave”, traduction par Li Tche-houa, Asie Information, n° 7, 1966.

[3] “Chien”, traduction par Martine Vallette-Hémery, in Vallette-Hemery [1970].

[4] “Ba Jin aujourd’hui : un essai littéraire”, sans mention de traducteur. Vent d’Est, Paris, n° 8, 4e trimestre, pp. 28-35, 1977.

[5] Nuit glacée, roman, traduit par Marie-José Lalitte, préface d’Étiemble, Paris : Gallimard, (coll. “Du monde entier”) 1978, 328 pp.

[Titre original : Han ye.] Réédition : Gallimard, coll. “Folio”, Paris, 1983, 384 pp.

[6] “Un changement fondamental dans ma création littéraire”, in “Les travailleurs de la littérature et de l’art : critique de la “dictature d’une ligne noire””, Pékin information, n° 23, 12 juin 1978, pp. 8-9.

[7] Pa Kin, Famille, roman, traduit par Li Tche-Houa et Jacqueline Alézaïs, présentation de Marie-José Lalitte. Paris : Flammarion-Eibel (coll. “Lettres étrangères”) 1979, 412 pp. Traduction suivie de “Commentaires de l’auteur” (juin 1957).

[Titre original : Jia.]

[Le livre a été logé dans la collection “Aspects de l’Asie” par la suite : il ne s’agit cependant pas d’un retirage, mais d’une substitution de couverture.]

Rééd. :

  • France loisirs, Paris, 1979, 412 pp. ;
  • Le livre de Paris, coll. “Club pour vous Hachette”, Bagneux, 1979, 412 pp. ;
  • Librairie générale française, coll. “Le livre de poche”, Paris, 1981, 381 pp. ;
  • Librairie générale française, coll. “Le livre de poche” (série “Biblio”), Paris, 1989, 381 pp. ;
  • Librairie générale française, coll. “Le livre de poche” (série “Biblio”), Paris, 1994, 381 pp. (avec une note par Nicole Chardaire).

[8] “Souvenir : À propos de L’Automne dans le printemps”, Littérature chinoise, Pékin, 1979/7, pp. 68-74.

[9] L’Automne dans le printemps (1932), court roman, sans mention de traducteur [Li Mei-ying], illustr. par Yao Youxin, Littérature chinoise  : 1979/7, pp. 27-67 (chapitres I-XII) ; 1979/8, pp. 16-47 (chapitres XIII-XXVI).

Repris dans : Ba Jin, L’Automne dans le printemps, Littérature chinoise, coll. “Panda”, Pékin, 1982, pp. 129-217.

[10] “À propos de L’Automne dans le printemps”, sans mention de traducteur, Littérature chinoise, 1979/7, pp. 68-74.

Repris dans : Ba Jin, L’Automne dans le printemps, Littérature chinoise, coll. “Panda”, Pékin, 1982, pp. 121-128.

[11] “Un cœur d’esclave” (1931), nouvelle, sans mention de traducteur [Luo Xinzhang], gravures sur bois de Li Huanmin, Littérature chinoise, 1979/8, pp. 48-65.

Repris dans Un Cœur d’esclave [1980], pp. 19-34 ; puis dans : Ba Jin, L’Automne dans le printemps, Littérature chinoise, coll. “Panda”, Pékin, 1982, pp. 97-119.

[12] Pa Kin, Le Jardin du repos, court roman, trad. par Nicolas Chapuis et Roger Darrobers, révisée par Bai Yuegui et Robert Ruhlmann, Paris : Robert Laffont (coll. “Pavillon/Langues O”) 1979, 236 pp.

Rééd. : Robert Laffont, coll. “Classiques Pavillons”, Paris, 1984, 236 pp. (la mention “révisée par Bai Yuegui et Robert Rhulmann” n’a pas été reprise).

[13] Pa Kin, Vengeance, traduction par Pénélope Bourgeois et Bernard Lelarge, préface de Jacques Gernet, postface de Pénélope Bourgeois, Paris : Seghers (coll. “Autour du monde”) 1980, 112 pp.

[Note : seule une partie des nouvelles qui figurent dans l’édition chinoise ont été reprises.] Contient : Première partie (en France) : “Vengeance” (1930), “Monsieur Robert” (1930) ; “Le Lion” (1930) ; Deuxième partie (en Chine) : “Histoire de cheveux” (1936), “Parfum de roses” (1933), “Deuxième mère” (1932), “Mona Lisa” (1937), “Le Général” (1933).

[14] Pa Kin, Le Secret de Robespierre (et autres nouvelles), traduites par Maryse Bannier, Dominique Colliot, Nicole Dulioust, Dominique Escande, Sylvie Gentil, Catherine Maurios, Paul Jean-Ortiz, Emmanuelle Péchenart et Bernadette Rouis, préface de Ba Jin (1980), Paris : Mazarine, 1980, 208 pp. (DLC : PL2780.F4 A3 1980)

Contient : “La Logeuse” ; “La Cruauté de l’amour” ; “Ariana” ; “Un Homme bon” ; “Une lettre” ; “Mes Larmes” ; “La Nuit de Marseille” ; “La Deuxième Mort” ; “Mona Lisa” ; “Le Secret de Robespierre” ; “La Mort de Marat” ; “Ariana Volberg.
  • Réédition : Stock, coll. “La bibliothèque cosmopolite”, Paris, 1997, 209 pp.

[15] “En pensant à mes lecteurs”, Aujourd’hui la Chine, mars 1980, pp. 21-22.

[16] Pa Kin, Le Jardin du repos, court roman, traduction et présentation par Marie-José Lalitte, Paris : Gallimard (coll. “Folio”) 1981, 252 pp. Rééd. : 1985.

[17] “Le Camarade Zhao Dan”. Traduction par Marie-Claire Quiquemelle, Libération, Paris, 29 juillet 1981, p. 27.

[18] “Retour à Marseille” (extraits). Traduction par Kiche Leung, Libération, Paris, 25 septembre 1981, p. 23.

[19] L’Automne dans le printemps, nouvelles, divers traducteurs, précédé de “Quelques mots en guise de préface” de Ba Jin, et de “Les Nouvelles de Ba Jin dans les années trente” par Hansheng, suivi de “Un homme fort : une visite à Ba Jin” par Yang Yi, Littérature chinoise, coll. “Panda”, Pékin, 1982.

Contient : “La Pluie” (1936) (trad. par Li Meiying) ; “La Digue Su” (1931) (trad. par Hansheng) ; “À la fonte des neiges” (1934) (trad. par Li Meiying) ; “Une nuit sous la lune” (1933) (trad. par Tang Zhi’an) ; “Un cœur d’esclave” (1931) (trad. par Luo Xinzhang) ; “À propos de “L’Automne dans le prin-temps”” (sans mention de traducteur) ; “L’Automne dans le printemps” (1932) (trad. par Li Meiying).

[20] “Le Jardin dévasté”, nouvelle, trad. par Li Meiying, Littérature chinoise, Pékin, 1982/1, pp. 4-7.

[21] “Au fil de la plume”, sanwen, trad. par Li Meiying, Littérature chinoise, 1982/3, pp. 72-85.

Contient : “Château-Thierry” (1979) ; “Un océan d’amitié” (1979) ; “Les Chinois” (1979) ; “Nouvelle Visite à Paris” (1979).

[22] Pa Kin, Printemps, traduction par Edith Simar-Dauverd, Paris : Flammarion (coll. “Aspects de l’Asie”) 488 p, 1982.

[23] “Cinquante ans de vie littéraire”, traduction par Marie-Josée Lalitte, Le Courrier de l’Unesco, Paris, 1982, pp. 4-9.

[24] “Le Lion” (1930), nouvelle, trad. par Li Meiying, Littérature chinoise, 1983/4, pp. 4-12.

[25] “Le Rêve en mer”, trad. par Ng Yok-soon, Les Nouvelles sinologiques, Paris, 1983/3, pp. 42-56 ; 1984/1, pp.113-145 ; 1984/2-3, pp. 47-110.

[26] Pa Kin, La Pagode de la longévité, trad. par NG Yok-Soon, préface de Ba Jin (1937), Paris : Messidor (coll. “littéraire”) 1984.

Contient : “La Pagode de la longévité” (1934), “Le Secret de la pagode” (1935), “La Perle magique” (1936), “L’Arbre qui savait parler” (1936), “À propos de la pagode de la longévité” (24 décembre 1978, corrigé le 25 juillet 1979).

[Titre original : Chansheng ta, 1934.]

  • Rééd. : Gallimard, coll. “Folio”, Paris, 1992, 125 pp. (avec une notice biographique sur l’auteur). (CIRA : Af 0976)

[27] “Lao She, mon camarade bien-aimé et respecté”, trad. par Liu Fang, Littérature chinoise, Pékin, 1984/ 4, pp. 9-12.

[28] “Dans la maladie”, trad. du chinois et introduction par Claude Chayet, La Revue française de Pékin, Pékin-Paris, n° 3, 1984, pp. 45-55 (avec le texte chinois).

[Titre original : Bingzhong, 1983.]

[29] “Avant-propos (à l’édition chinoise)” (1938) de Bartolomeo Vanzetti, Une vie de prolétaire, [trad. par Huang San et Angel Pino], in Bartolomeo Vanzetti, Une Vie de prolétaire, trad. de l’italien, Les Cahiers du vent du ch’min, n° 5, Saint-Denis, 1985, pp. 5-7.

[30] “Ba Jin face à l’actualité”, Beijing information, n° 48, 2 décembre 1985, pp. 28-29.

[31] “La Littérature de l’époque nucléaire : pourquoi écrivons-nous ?”, discours, trad. par Zeng Peigeng, Littérature chinoise, 1985/1, pp. 48-55.

[32] Réponse à l’enquête réalisée sous la direction de Daniel Rondeau : “Pourquoi écrivez-vous ? Les écrivains répondent”, sans mention de traducteur, Libération, Paris, numéro hors série, supplément au n° 1195, mars 1985, p. 33.

[33] Le Rêve en mer : conte pour enfants à une jeune fille, traduction par NG Yok-Soon, Paris : l’Harmattan, coll. “ Lettres asiatiques. Chine”, 1986, 154 pp.

[34] Le Brouillard, trad. par NG Yok-Soon, Paris : Les Cent fleurs, 1987, 216 pp.

[35] “Chien”, trad. par Martine Vallette-Hémery, in Vallette-HemeryMartine Vallette-Hémery [1987].

[36] “La Grande Catastrophe”, trad. par Huang San et Angel Pino, L’Express, Paris, 14 octobre 1988.

[37] Pa Kin, Automne, roman, trad. par Edith Simar-Dauverd, Paris : Flammarion, coll. “Aspects de l’Asie”, 1989, 488 pp. (CIRA : 1989 Af 1170).

[38] “Les Fils de famille noble” (1986) ; “Les Étables” (1986) ; “Se souvenir” (1986) ; “Les “Opéras modèles”” (1986) ; “L’Air bureaucratique” (1986) ; “Un musée de la Révolution culturelle” (1986), trad., notes et présentation par Angel Pino, Iztok, Paris, n° 17, juin 1989, pp. 7-28.

[39] “Lettre de Ba Jin aux étudiants de Pékin”, trad. par Angel Pino, Libération, Paris, 19 novembre 1989, p. 31.

[40] “La Lune”, sanwen, trad. par Isabelle Landry-Deron, Littérature chinoise, 1990/4, p. 128.

[41] “Myriades d’étoiles”, sanwen, trad. par Isabelle Landry-Deron, Littérature chinoise, 1990/4, p. 129.

[42] Au gré de ma plume, trad. par Pan Ailian, Pékin : éditions Littérature chinoise (coll. “Panda”) 1992, 282 pp.

Contient : “Avant-propos” (1978), “Réactions au film “Le Bordel n° 8”” (1978), “Souvenirs de Xiao Shan” (1979), “Présentons davantage d’œuvres littéraires occide-tales” (1979), “L’Utilité de la littérature” (1979), “Donner son cœur aux lecteurs” (1979), “À Nice” (1979), “Château-Thierry” (1979), “Observer les hommes” (1979), “À la mémoire de Feng Xuefeng” (1979), “À la mémoire de Lao She” (1979), “Le Grand Miroir” (1979), “Explorer” (1980), “Explorer (suite)” (1980), “Au milieu de l’âge” (1980), “À la mémoire de Mao Dun” (1981), “La Maison de la littérature” (1981), “Avant-propos au “Recueil de préfaces et postfaces”” (1981), “Dix années de cauchemar” (1981), “De nouveau sur la Mai-son de la littérature contemporaine” (1982), “Que je devienne terre” (1983), “Mon frère Yaolin” (1983), “Mon nom” (1983), “La Demeure de ma famille” (1984), “À la mémoire de Ma Zong-rong” (1982), “Préface aux Œuvres choisies de Jin Yi” (1982), “Parler franchement ” (1982), “Pour le 30e anniversaire des éditions Arts et Littérature de Shanghai” (1982), “Les Intellectuels” (1982), “Duan-duan” (1985), “À la reche-che d’un idéal” (1985), “La Librairie Kai-ming et moi” (1986), “Mon éditeur” (1986), “À la mémoire de Hu Feng” (1986).

[43] Pa Kin, “À la mémoire de Shen Congwen”, trad. par Angel Pino et Isabelle Rabut, Les Temps modernes, Paris, n° 572, mars 1994, pp. 141-173 (précédé de “Shen Congwen, celui qui s’est tu” par Angel Pino et Isabelle Rabut).(CIRA : Broch f 11760)

[44] Pa Kin : À la mémoire d’un ami, trad. et postface par Angel Pino et Isabelle Rabut, Illustr. de Frédéric Malenfer. Paris : Mille et une nuits, 1995, 71 p. (avec une notice biographique sur l’auteur et une bibliographie). (CIRA : Af 1104 ).

[Titre original : Huainian Congwen, 1989.]

[45] Pa Kin, Destruction, trad., introduction et notes par Angel Pino et Isabelle Rabut, Paris:Bleu de Chine, 1995, 254 pp. (CIRA : Af 1140)

[Titre original : Miewang, 1928.]
En annexe, cinq autres textes de l’auteur se rapportant au roman : “Préface à Destruction” [““Mie-wang” xu”, 1928], “Avant-propos à la septième édition de Destruction” [““Miewang” diqi ban tiji”, 1936], “Destruction : l’auteur s’explique” [““Mie-wang” zuozhe de zibai”, 1929], “Regards sur ma vie d’écrivain” [“Xiezuo shenghuo de huigu”, 1932-1935], “À propos de Destruction” [“Tan “Mie-wang””, 1958].

[46] Pa Kin, “Le 10 octobre 1934 à Shanghai” (1934), trad. par Emmanuelle Péchenart, in Péchenart [1995], pp. 109-113.

[47] Pa Kin, Pour un musée de la “Révolution culturelle” (Au fil de la plume), choix de textes trad. du chinois, annotés et présentés par Angel Pino, Paris : Bleu de Chine, 1996, 153 pp. (CIRA : Af 1139)

Contient : “Avant-propos général” (1978), “À la mémoire de Xiao Shan” (1979), “À la mémoire de mon maître Lu Xun” (1981), “Le Chant du faucon” (1981), “Mon nom” (1983), “Encore à la mémoire de Xiao Shan” (1984), “Les Fils à papa” (1986), “Les Étables” (1986), “Se souvenir” (1986), “Les Opéras modèles” (1986), “L’Air bureaucratique” (1986), “Un musée de la Révolution culturelle” (1986), “Il y a vingt ans” (1986), “Nouvelle Note sur l’édition groupée de Au fil de la plume” (1987).

[48] Pa Kin, “Nuit étoilée” (titre original : “Hong Kong, la nuit”, 1933), sanwen, trad. par Angel Pino, in “Hong Kong : regards”, supplément au journal Le Monde, Paris, samedi 28 juin 1997, p. 5

[un extrait de cette traduction avait précédemment paru dans : Le Tour du monde en 80 langues, textes du spectacle d’Alain Germain, L’Asiathèque, coll. “Bilingues ALM”, pp. 46-47].

[49] “Comment fonder une société véritablement libre et égalitaire” (1921), article, trad., notes et présentation par Angel Pino, in Angel Pino, “Ba Jin, sa première œuvre”, Réfractions, Dardilly, n° 3 (“Lectures cosmopolites”), hiver 1998-1999, pp. 140-142.

N.B. : Titres complets des anthologies où sont parus des textes de Pa Kin :

- Péchenart [1995], Shanghai 1920-1940, douze récits choisis et présentés par Emm-nuelle Péchenart, traduits par Emmanuelle Péchenart, Victoire Surio et Anne Wu, dessins de Françoise Ged, Paris : Bleu de Chine, 185 pp.

(textes de Mao Dun, Yu Dafu, Hu Yepin, Lu Xun, Pa Kin, Ding Ling, Shi Tuo et Zhang Ailing, avec un glossaire d’expressions proprement shang-haïennes et les notices biographiques des auteurs).

- Un Cœur d’esclave : choix de nouvelles contemporaines, œuvres de Ba Jin, Liu Baiyu, Lu Xun, Mao Dun, Sha Ding, Sun Li, Wang Wenshi, Xia Yan, Zhao Shuli et Zhou Libo , sans mention de traducteurs, gravures sur bois de Gu Yuan, Li Chun, Lu Hua, Li Huaimin, Wang Xinbo et Wu Chao, Paris : Éditions du centenaire, 1980, 243 pp. (notices sur les auteurs et sur les gravures).

- Vallette-Hémery [1970] : De la révolution littéraire à la littérature révolutionnaire : récits chinois (1918-1942), traduits et présentés par Martine Vallette-Hémery, Paris : L’Herne, 1970, 336 pp.

  • Anthologie reprise avec quelques modifications : Treize récits chinois, 1918-1949, traduits par Martine Vallette-Hémery, Philippe Picquier, sl, 1987, 220 pp.
    • (rééd. : Philippe Picquier, 1991, 202 pp. ; Philippe Picquier, coll. “Picquier poche”, Arles, 2000, 293 pp.).

Études

- Brière, O., s. j. (1942). "Un romancier chinois contemporain Pa Kin." Bulletin de l’Universite de l’Aurore. Ser. 3, 3. 3:577-598. Shanghai.

- Gandini, Jean-Jacques, Pa Kin, le coq qui chante dans la nuit /Jean-Jacques Gandini. Atelier de Création Libertaire, 1985. 48 p. (épuisé)

- Pino, Angel. "Pa Chin, sa première œuvre", Réfractions No. 3.

- Pino, Angel. "Ba Jin : sur l’origine d’un nom de plume. Etudes chinoises, Paris (1990), pp. 62-74. 18 cm.

CIRA, Lausanne : Broch f 11761)

[1Nous remercions le Professeur Dan Ward pour son aimable autorisation pour utiliser les deux images ci-dessus, tirées d’Anarchy Archives qui présentent aussi une chronologie (en anglais) des événements significatifs de la vie de Pa Kin. Cette page a également bénéficié des suggestions des Professeurs Arif Dirlik, John A. Rapp, de Marianne Enckell et de Jean-Jacques Gandini. Pour tout commentaire, écrire à Ronald Creagh.


Mis en ligne par : CREAGH Ronald

Pour citer cet article :
BAJIN ou BA JIN, pseud. de LI PEI KAN. (1905 - 17 oct. 2005). Ecrivain chinois,
Dernières modifications : 8 janvier 2011. [En ligne].
http://raforum.info/spip.php?article1355
[Consulté le 19 juin 2017]


Chercher ce titre sur WorldCat



[ telecharger pdf]