RAForum

Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > par pays > France : Histoire > France 20° Siècle > France 1894-1914. "La Belle Époque" > Communes libres : quand les anarchistes changeaient la vie > "Au temps d’anarchie" : Le peintre impressionniste Paul Signac

"Au temps d’anarchie" : Le peintre impressionniste Paul Signac

dimanche 20 août 2006, par R.C.

Paul Signac "Au temps d’anarchie" (1895)
Paul Signac. "Au temps d’harmonie" (1895). Hôtel de Ville, Montreuil (Paris).

Contraint de retitrer son tableau "Au temps d’anarchie", dont on estime que le nom est trop provocateur, Signac l’intitule "Au temps d’harmonie", ce qui pour lui est la même chose. Ainsi voit-on au premier plan un coq, symbole de la république mais aussi de la révolution.

Inspiré par Puvis de Chavanne sur le plan de la peinture, ce très grand tableau (12 mètres carrés) représente un idéal anarchiste de "communauté libre". Contrairement à Puvis de Chavanne, qui situe l’utopie dans le passé, Signac suggère un rêve à venir, le "temps d’anarchie".

On y retrouve l’inspiration première de l’anarchisme, qui est de se réapproprier le passé comme retour à l’origine de toute chose. On y met en évidence le "lien intime" entre l’homme et la nature que décrit, par exemple, Elisée Reclus.

D’autres peintures illustrent l’idéal communiste libertaire, suggéré par Pierre Kropotkine : le refus de la spécialisation des individus entre "intellectuels" et manuels", la découverte de l’entraide dans le travail collectif. Ici se retrouvent quelques plaisirs simples : la cueillette des fruits mais aussi la lecture, l’amour et les joies de la procréation ; même la rivalité entre hommes se trouve sublimée dans l’émulation d’un jeu de boules.

Les anarchistes de la Belle Epoque, comme leurs prédécesseurs et leurs successeurs, ont souvent créé des micro-sociétés inspirées de cet idéal : on retrouve les mêmes symbolismes dans beaucoup de gravures de ce temps.

Ronald Creagh