Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > par pays > UKRAINE > 1917-1921 La Révolution ukrainienne et Makhno > Les makhnovistes grecs

Les makhnovistes grecs

Un court récit du rôle des grecs de la Mer Noire dans le mouvement makhnoviste

lundi 4 avril 2011, par CREAGH Ronald

Texte en anglais trouvé sur le site britannique Libcom.org (http://libcom.org/).
La traduction a été réalisée par le Collectif Anarchiste de Traduction et de Scannerisation
(CATS) de Caen en janvier 2011.

Pour des raisons de facilité, la plupart des noms de lieux et de personnes ont été laissés
tels qu’ils étaient dans la version anglaise du texte.

2
détachements de Sprutsko, Tsololo et Bohadytsi.
Makhno dans ses mémoires rappelle qu’il avait préparé un raid dans le sud-est de la région de Berntiansk-
Mariupol-Iouzovka pour stimuler la révolte de la population. Après une bataille menée à Bolshoi
Mikhailovka quand les insurgés décident de faire de Makhno leur leader, le village grec de Komar fut investi
et une unité de la Garde Nationale Ukrainienne chassée. Après cela Makhno et un autre anarchiste de Goulaï
Polé, Alexei Marchenko, qui avait travaillé comme conducteur de train, s’adressèrent à la population avec des
discours révolutionnaires. Beaucoup de grecs locaux rejoignirent immédiatement les forces makhnovistes
avec leurs propres chevaux. Makhno alla ensuite à Bogatyr, le village occupé par les Grecs Urums (qui
parlent une langue gréco-tatare), et jusqu’aux villages de Veliky Yanisol et Maly Yanisol qui étaient aussi
grecs. Ainsi les grecs de Mariupol furent les premiers à répondre positivement à l’appel de Nestor Makhno.
1500 grecs pontiques furent initialement organisés en unités de combat. Un régiment makhnoviste grec
combattit au coté d’un régiment juif dans une bataille contre les Blancs en juin 1919. La région de Mariupol
fut un endroit sûr pour les makhnovistes. C’est au village de Veliky Yanisol que le commandant makhnoviste
Lashkevich alla quand il réussit à s’échapper de l’encerclement bolchevique de Goulaï Polé avec les milliers
de roubles du trésor makhnoviste. Là bas il fut caché par un grand-père grec. Malheureusement autant
d’argent le désorienta et il commença à le dépenser sans compter. Cela lui aliéna la population locale mais
amena aussi sur lui la colère des makhnovistes. Il fut fusillé pour détournement de fonds dans le square
principal du village à l’été 1920.
Dans la phase finale du mouvement makhnoviste un autre rassemblement eu lieu à Komar le 24 février 1920.
Malheureusement la population locale fut perturbée par la perspective de la répression bolchevique et il n’y
eut pas d’impulsion majeure de la population pour rejoindre les combattants. En mars, un détachement punitif
bolchevique arriva dans la région fusillant 7 personnes à Komar, 10 à Bogatyr et 12 à Konstantinovka. Des
représailles supplémentaires eurent lieu dans les quelques années qui suivirent. Des centaines de grecs/ques
pontiques avaient été tuéEs par les forces de Denikine, désormais les bolcheviques venaient s’y mettre. A
l’époque de Staline les grecs locaux subirent des massacres et des déportations supplémentaires.
Tokhtamysh-Tachtamisev, natif de Veliky Yanisol, avait toujours eu, à ce qu’il semblait, une certaine
sympathie pour les bolcheviques. Il avait pris de l’importance quand il avait commencé à organiser une petite
unité dans son village. Il rejoignit plus tard les bolcheviques et fut encore plus tard impliqué dans la
construction d’une conserverie de poissons à Mariupol et il en devint son premier directeur. Il mourut en
1935 d’une maladie congénitale.
D’autres makhnovistes grecs importants furent les frères Mavrodi du village grec de Kermenchik. Ils sont
mentionnés par Belash dans son témoignage à la Tcheka. L’un fut commandant d’un bataillon makhnoviste.
D’après Belash, après l’effondrement du mouvement makhnoviste il rejoignit le Parti Communiste et travailla
dans la région de Volnovaskyi. Son plus jeune frère était toujours un anarchiste d’après Belash et fut dégoûté
par la NEP des bolcheviques qu’il sentait faite pour rendre les riches paysans encore plus riches et les paysans
pauvres encore plus pauvres. Il avait été impliqué dans la section culturelle et éducative du mouvement
makhnoviste, popularisant la mise en place de communes anarchistes. Il fut, toujours d’après Belash,
conscient de la nécessité d’entretenir une propagande anarchiste parmi la population grecque mais il ne
voulait pas que la répression s’abatte sur lui, toutefois il était discrètement engagé dans l’organisation de
communes avec l’approbation officielle des populations locales. Il fut apparemment capable d’organiser de
telles communes à Veliky Yanisol, Stary Kermenchik, Novy Kermenchik et Konstantinovka. Mavrodi (sans
qu’on sache clairement duquel des frères il s’agit) fut secrétaire du Comité Militaire Révolutionnaire du
mouvement makhnoviste le 10 avril 1919 aux cotés du juif anarchiste Kogan ( soulignant le véritable
internationalisme des makhnovistes).
Un autre facteur clé dans le ralliement des grecs aux makhnovistes furent les proclamations ultérieures sur les
droits des différentes minorités nationales à l’usage de leur propre langue, coutumes, accoutrements et culture
3
tout en dénonçant le nationalisme et en prenant explicitement une position internationaliste. La capacité
makhnoviste à attirer des contingents de ces minorités nationales (à l’exception des populations
germanophones qui ne fournirent que de petites unités) est à mettre à leur crédit éternel.
Nick Heath.

Sources :

- (en grec) sur les makhnovistes grecs.

- (en russe)
http://www.makhno.ru/lit/chop/5.pdf Voir notamment Vladimir Chop sur les makhnovistes grecs et le témoignage de Victor Belash à la Tcheka où il
mentionne les frères Mavrodi.

NOTES DU TRADUCTEUR :

1) Le mot « pontiques » renvoie au Pont d’Euxin, qui désignait chez les grecs anciens la région de la
Mer Noire.

2) Le mot « Hetman » désigne un chef militaire élu chez les populations cosaques.

3) La confédération « Nabat » (Le Tocsin) était un regroupement d’anarchistes ukrainiens fondé en
1917.

4) Piotr Archinoff ou Archinov : révolutionnaire anarchiste ukrainien qui connut Makhno en prison
avant la révolution de 1917. Durant les années 20, en exil, il fut un des rédacteurs de la Plate-forme
anarchiste qui défend une vision organisée et disciplinée de l’action. Il retourne en URSS en 1932 et
finira exécuté par le pouvoir lors des purges staliniennes de 1937.