Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > par pays > France : Histoire > France. 3e République (1871-1914) > FUGLER, René. " Réfractaires de la « Belle Époque » "

FUGLER, René. " Réfractaires de la « Belle Époque » "

mardi 6 septembre 2011, par CREAGH Ronald

Ce n’est certainement pas le goût si répandu de la commémoration qui a suscité ces dernières années plusieurs livres consacrés aux « en- dehors » du XXe siècle commençant : pionniers des communautés libertaires, partisans de l’amour libre et de la limitation des naissances, pratiquants de la « reprise individuelle ». Le retour sur ces pratiques placées le plus souvent sous le signe de l’individualisme anarchiste n’en est pas moins imprégné de l’air du temps. Il y a au cœur de ces expériences et de ces comportements la conviction que la Révolution sociale est une hypothèse à échéance lointaine sinon improbable, qu’il s’agit donc d’entreprendre dans l’immédiat, dans le quotidien, le changement de la vie et la transformation de l’être humain.

Un point essentiel est cependant à relever tout de suite : cet individualisme-là ne s’exprimait en rien comme une évasion du monde présent ou comme un habile accommodement avec ses conditions : il s’affirmait révolutionnaire et se fondait sur un désir intense de vie pleine, libérée des contraintes et des préjugés. Les milieux libres de la « belle Époque », malgré leur statut minoritaire, se concevaient bien comme des bases opérationnelles et des machines de guerre sociale.


Voir en ligne : Lire tout l’article dans Réfractions