RAForum

Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > par pays > Algérie > DAVRANCHE, Guillaume. "Dernier témoin de l’anarchisme algérien, Léandre Valéro (...)

DAVRANCHE, Guillaume. "Dernier témoin de l’anarchisme algérien, Léandre Valéro s’en est allé"

lundi 16 avril 2012, par pierre

C’est un parcours digne d’un roman que celui de ce militant syndicaliste et communiste libertaire qui a soutenu les indépendantistes indochinois puis algériens. De 1954 à 1956, il fut aussi un des principaux animateurs du Mouvement libertaire nord-africain.

Un des derniers militants connus du Mouvement libertaire nord-africain (MLNA) des années 1950, Léandre Valéro, est mort à Auxerre le 21 août.

Fils d’un militant anarchiste andalou, Léandre était né à Oran, en Algérie, le 12 octobre 1923. Il devait à ces origines multiples d’être à fois hispanophone, arabophone et francophone.

Alors que son père avait combattu dans les rangs de la FAI pendant la guerre d’Espagne, Léandre s’engagea, pendant la Seconde Guerre mondiale, dans les Forces françaises libres, participant à plusieurs campagnes et à la libération de certains camps de concentration. Contre son gré, il fut ensuite expédié comme soldat en Indochine en janvier 1946. Sur place, il n’hésita pas à aider discrètement le Vietminh, en organisant un trafic d’essence volée dans les stocks de l’armée française. Repéré comme élément « démoralisant », il fut renvoyé en France en août 1946.

Arrivé à Paris, il adhéra à la Fédération anarchiste, alors en plein essor. Le jeune permanent qui l’avait reçu pour la première fois dans les locaux du 145, quai de Valmy n’était autre que Georges Brassens. Parti ensuite à Auxerre, dans l’Yonne, il travailla comme ajusteur-outilleur aux établissements Gardy, où il monta une importante section CNT. Proche de Georges Fontenis, Valéro resta militant de l’organisation anarchiste lorsque celle-ci se transforma en Fédération communiste libertaire (FCL).

En août 1954, il accepta, à la demande de la FCL, de déménager en Algérie pour renforcer son organisation-sœur outre-Méditerranée, le Mouvement libertaire nord-africain (MLNA).


Voir en ligne : Lire tout l’article