Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > Agendas des années récentes > Agenda 2013.- Activités passées > 20 avril 2013 Lyon.- Rencontre-débat : Le goût de l’émeute. Manifestations et (...)

20 avril 2013 Lyon.- Rencontre-débat : Le goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « Belle Époque »

Avec Anne Steiner auteure (éd. l’Échappée) Samedi 20 avril 2013 à 15 heures, à la librairie la Gryffe

dimanche 14 avril 2013, par La Gryffe

Malgré la poussée de la gauche aux élections législatives de 1906 en France, les conflits sociaux se multiplient, impulsés par une CGT acquise au syndicalisme révolutionnaire et en pleine expansion (triplement des effectifs entre 1906 et 1912). Une répression féroce s’engage alors contre les fauteurs d’exploiter en rond.

Le 2 juin 1908, deux terrassiers grévistes de Draveil sont abattus par la gendarmerie.

Au printemps 1909, les boutonniers de l’Oise, engagés dans un long conflit, sont violemment réprimés : envoi de la troupe, arrestations, couvre-feu.

En octobre 1909, en Espagne, le pédagogue libertaire Francisco Ferrer est fusillé dans les fossés de Montjuich en point final de la répression des grandes grèves ouvrières de Barcelone (75 morts). De violentes manifestations de solidarité se déroulent à Paris.

En juin 1910, l’anarchiste Henri Cler est frappé à mort par un policier devant le quartier général des ébénistes en grève du faubourg Saint-Antoine.

En juillet de la même année, des milliers de Parisiens se massent autour de la guillotine pour empêcher l’exécution du jeune cordonnier Liabeuf, surnommé « le tueur de flics ».

Durant trois ans (1908-1910) c´est avant tout le sentiment d’injustice face aux assassinats de militants et d´ouvriers par l’État, qui animent les manifestants. Les « émeutiers » attaquent et saccagent les bâtiments symboles de l’ordre et de l’exploitation, brûlent les trams, élèvent des barricades et tirent sur les policiers à coup de pistolet.

Ce livre interroge aussi la question de la violence légale, comme celle de la violence légitime qui est la marque de nombreux mouvements radicaux et révolutionnaires.

Librairie libertaire LA GRYFFE, 5 rue Sébastien Gryphe 69007 LYON, France.

Ouverte du lundi au samedi inclus de 14 heures à 19 heures

Téléphone/ fax : 04 78 61 02 25