Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > Agendas des années récentes > Agenda 2016 > 30 septembre 2016, Montpellier au Centre Ascaso Durruti, 20h30, "Altariba (...)

30 septembre 2016, Montpellier au Centre Ascaso Durruti, 20h30, "Altariba nous parlera des ces bandes dessinées "

lundi 18 juillet 2016, par SANCHEZ Antoine

Altariba nous parlera des ces bandes dessinées

L’art de voler

Le destin tragique du père de l’auteur Antonio Altarriba dans l’Espagne franquiste.
Pour se racheter de ne pas avoir sauvé son père du suicide, de ne pas avoir su être à son écoute, et pour tenter d’expliquer ce qui a pu pousser un vieil homme de 90 ans à se jeter dans le vide, Antonio Altarriba fils a décidé de raconter son histoire.
Né en 1910 dans la campagne près de Saragosse, Antonio passe sa jeunesse à essayer de fuir l’ennui et les travaux des champs.
Dès qu’il le peut, il part s’installer en ville où il vit de petits boulots. Il se met à fréquenter des sympathisants anarchistes malgré des convictions politiques assez molles. Mais au lendemain de l’avènement de la République, en avril 1931, elles vont s’affermir brusquement. Le coup d’Etat militaire, la guerre civile et une bastonnade par des phalangistes, décrits dans des scènes d’une grande précision historique, vont lui ouvrir les yeux et le pousser à se battre aux côtés des Républicains puis de la Résistance française.
Après la guerre, pas assez profiteur ou débrouillard pour s’en sortir, déçu de voir la cause républicaine espagnole trahie, il décide de renoncer à se battre, remise ses idéaux et rejoint l’Espagne de Franco.
"Tant mieux, enfin je ne vois rien", s’écriet-il dans une scène allégorique où un aigle franquiste lui crève les yeux.
Sa vie ira ensuite de déception en déception.
"L’art de voler" d’Antonio Altarriba et Kim est publié chez Denoël Graphic
L’aile brisée
Quel est le point de départ de L’aile brisée ?
L’aile brisée part d’une prise d’une conscience : mon père et moi nous ne connaissions pas ma mère. À sa mort, nous avons découvert que son bras gauche était handicapé : elle ne pouvait ni le déplier, ni le bouger. Nous ne nous en étions jamais rendu compte.
Ça a été un choc !
Cette femme si proche de nous avait été en partie invisible. C’est le besoin de regarder de plus près la vie de ma mère qui a déclenché le livre. Je savais très peu de chose d’elle. Elle ne se racontait pas comme la plupart des femmes dans sa génération. Pourtant, elle a enduré des situations très difficiles. Née en 1918, elle a connu la guerre civile, la faim...
"L’aile brisée" d’Antonio Altarriba et Kim est publié chez Denoël Graphic.

Vendredi 30 septembre 2016 à 20h30 au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René, 34 Montpellier.>