R.A. Forum

Accueil > Mots-clés > Auteurs > HENEIN, Georges (1914-1973)

HENEIN, Georges (1914-1973)

Georges Henein est né au Caire dans une famille de Coptes égyptiens appartenant aux classes les plus élevées de la société : son père, ambassadeur, avait le titre de "pacha". Cette situation lui permit de faire des études en France, mais la vie en Égypte en fit un véritable cosmopolite, capable d’écrire en français, en anglais et en italien. Il se lance dans le journalisme, participe à la fondation du mouvement surréaliste en Égypte, avec des camarades de diverses nationalités, y compris de langue arabe. Influencé par le courant trotskyste-socialiste, c’est un esprit très indépendant qui ne manquera pas de prendre ses distances quand il en sent le besoin. Sa bibliothèque, très riche, comprenait tout ce qui, à l’époque, était classé parmi les grands penseurs. Ainsi, à côté de Kant, de Marx, de Lénine on trouve aussi Nietszche, et également Bakounine, la vie de Kropotkine, ce qui à l’époque était tout de même moins évident. Il avait même une collection de la revue littéraire Les Humbles, à laquelle ont participé beaucoup d’anarchistes comme Émile Masson, E. Armand ou encore Henry Ney. Il traduira un poème italien en l’honneur de Malatesta et écrira sur l’anarchisme des phrases qui ne manquent pas d’originalité.

En 1938-1939, il est membre de la FIARI, Fédération internationale de l’art révolutionnaire indépendant, Paris, 1938-1939, fondée par André Breton et Léon Trotsky. Il sera obligé de quitter l’Égypte du fait de ses opinions subversives : d’une part, il critique la tentation de créer un art national, de l’autre il lutte pour l’émancipation de son pays. Il vient en France et, de 1947 à 1948, avec Pastoureau et Alexandrian, il anime le secrétariat international du surréalisme à « Cause », Bureau d’information et de liaison surréaliste à Paris, secrétariat international du surréalisme, chez Pastoureau, rue Rosenwald, 1947-1948. Il participe au groupe parisien « Rixes » de 1949-1951.


Nombre total d'articles : 2

Articles

HENEIN, Georges. "Prestige de la terreur"
Cette réflexion, suscitée par le lancement de la bombe atomique sur Hiroshima, au Japon, témoigne de l’émoi créé dans le monde par l’évènement. George Henein, qui est alors en Egypte, écrit ici : "Le 8 août 1945 est une des dates les plus basses dans la carrière de l’humanité." Et il présentera cette affirmation étonnante : "Il existe des guerres justes. Mais le propre des guerres justes est de ne pas le (...)

HENEIN, Georges. "La grande pitié de la jeunesse du monde"
Ce texte, écrit à l’âge de 20 ans, témoigne déjà de l’impatience du jeune homme qui découvre une société décidée à entraîner chaque nouvelle génération dans cette servitude volontaire qu’elle a elle-même choisie. Il a déjà beaucoup lu et l’on découvre quelques premières influences, notamment Georges Sorel. A M. Louis Rougier, ces réflexions très approximatives d’un jeune homme. La pitié de la jeunesse moderne, (...)


Voir aussi :





* aide à la recherche