LUCK, Simon.– Sociologie de l’engagement libertaire dans la France contemporaine.

Socialisations individuelles, expériences collectives et cultures politiques alternatives
mercredi 18 mai 2011
par  ps
popularité : 3%

Thèse de science politique soutenue publiquement le 17 octobre 2008
à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Cette thèse ambitionne de faire la sociologie d’un mode d’engagement qui est aussi
une forme de rapport spécifique au politique : le militantisme libertaire.

Entendu au sens
large, il s’agit de l’engagement dans des organisations horizontales (dépourvues de
hiérarchie), autonomes des institutions de la démocratie représentative et pratiquant l’action
directe (de la manifestation traditionnelle aux occupations et autres squats).
C’est à travers l’étude des socialisations successives des militants (primaires, au sein
de la famille, puis secondaires, dans les groupes de pairs et dans le collectif militant) qu’est
envisagée la formation et le renforcement des dispositions des militants à l’investissement
dans une organisation libertaire ainsi que leur acquisition progressive d’une culture politique
et d’un rapport au politique spécifiques. Ces différentes socialisations contribuent à faire
s’éloigner, au sein de la nébuleuse libertaire, les militants anarchistes et les activistes de la
gauche radicale et alternative, qui développent des conceptions différentes de ce que doivent
être l’action politique et ses finalités.

Bien que les différents militants partagent un rapport de défiance vis-à-vis de la
politique institutionnelle et un mode d’engagement très individualiste, ils se séparent en effet
clairement par les représentations et les identifications qu’ils développent. Les anarchistes se
retrouvent dans une culture héritée et organisée autour de références historiques et d’un projet
idéologique explicite, alors que les radicaux entendent construire de façon autonome et
déshistoricisée leur action politique. Ces cultures influencent en outre les rapports individuels
aux collectifs et donc la stabilité des engagements. Ceux-ci se révèlent d’autant plus durables
qu’ils sont davantage basés sur une cause et une identification fortes. La dimension historique
de la culture anarchiste s’incarne dans un attachement à un projet révolutionnaire, ainsi qu’à
une organisation ancienne et pérenne, qui contraste avec la jeunesse des collectifs de la
gauche radicale, dont le caractère parfois éphémère renvoie à l’inscription du militantisme de
leurs membres dans l’immédiateté. Mais qu’ils s’inscrivent ou non dans une perspective de
long terme, les engagements des uns et des autres semblent intrinsèquement fragiles, car
fortement dépendants d’une dynamique militante et de rétributions affectives permettant de
surmonter l’antinomie entre discipline collective et aspiration à l’autonomie personnelle.

En dépit de leurs importantes similitudes, anarchistes et radicaux se retrouvent dans
des systèmes de signification distincts qui entraînent une méfiance ou des incompréhensions réciproques et rendent difficile leur collaboration.


lire la thèse :

PDF - 6.8 Mo
Sociologie_engagement_libertaire_-_Luck_-_Public

Merci à Simon H. pour nous avoir signalé cette publication.


Navigation

Articles de la rubrique

  • LUCK, Simon.– Sociologie de l’engagement libertaire dans la France contemporaine.