ps


Articles de cet auteur

mercredi 4 avril 2007
par  ps

Quelques utopies en marge de l’anarchisme

Avant d’en venir aux utopies proprement anarchistes, il importe cependant de faire un détour par d’autres textes en marge du mouvement libertaire qui paraissent dans les années 1880-1900, afin de voir en quoi les utopies anarchistes s’en détachent. Je n’irai pas très loin : je me tournerai vers deux (...)

mercredi 4 avril 2007
par  ps

Les « utopies sociales » à la fin du dix-neuvième siècle

C’est à la fin du dix-neuvième siècle que l’utopie commence à changer de signification : après avoir été longtemps perçue comme la peinture d’un ailleurs, sans interférence aucune avec la réalité sociale, l’utopie est désormais reliée à l’histoire. Les bases économiques de la société ayant changé (la (...)

mercredi 4 avril 2007
par  ps

Les parias de Georges Eekhoud : « grévistes de la grève perpétuelle »

L’œuvre de Georges Eekhoud donne de nombreux exemples de personnages de bourgeois en voie de marginalisation, tentant de devenir, non des prolétaires ou des socialistes, mais des anti-bourgeois. Les figures de parias, chez Georges Eekhoud, sont des figures de l’en-dehors, n’appartenant à aucune (...)

mercredi 4 avril 2007
par  ps

L’en-dehors, ou la pensée en marge

Il faut que la Révolution ne devienne jamais un dogme. Victor Barrucand l’écrit ainsi dans La Revue blanche dans un article sur Alexandre Herzen :
« la Révolution n’est pas un dogme ; elle ne procède pas d’une révélation définitive ; elle ne comporte aucune obéissance à des principes politiques. Dans le (...)

mercredi 4 avril 2007
par  ps

L’écriture de l’en-dehors : la critique permanente.– Le pas de côté toujours recommencé

« Prince, Tsar que les historiens s’apprêtent sans doute à classer sous la rubrique ingénieuse de nos Césars anarchistes, à toi je dédie cette feuille ! Tu permettras, Compagnon, que je l’adresse en même temps aux camarades qui ne sont que les empereurs d’eux-mêmes. [...]
Je suppose que fort peu d’entre (...)