R.A. Forum

Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Histoires de l’anarchisme : Portraits et Activités des Individus et des (...) > Rue des Anars : Portraits et bibliographies > Z > ZÉVACO, Michel > Un Alexandre Dumas libertaire : Michel Zévaco

Un Alexandre Dumas libertaire : Michel Zévaco

Auteur [1] de plus de 1400 feuilletons,– mais n’est-il pas né sur le cours Napoléon, à Ajaccio ? – Michel Zévaco est fils de militaire. Son père emmène la famille à Saint-Maixent (Deux-Sèvres) en 1869. Il prépare une carrière d’enseignant : à 18 ans, interne au lycée Saint-Louis à Paris, il prépare le concours d’entrée à l’Ecole Normale. Il est nommé professeur de Lettres au Collège de Vienne, dans l’Isère, pas très loin de ses parents.

Première rupture : il est contraint de démissionner. On lui reproche de fréquenter les anarchistes, mais aussi l’épouse d’un conseiller municipal. L’année scolaire 1880-81 se termine ainsi par un engagement de 7 ans dans l’armée.

Libéré, il s’installe à Paris et deviendra un fervent montmartrois. Il sera romancier et journaliste "engagé", si l’on peut se permettre d’utiliser ce terme anachronique. Il sera secrétaire de rédaction dans L’Égalité du socialiste révolutionnaire Jules Roques et militera dans sa Ligue. Il publie dans ce journal son premier roman feuilleton, "Roublard et Cie",– mais il a déjà publié en 1888 un roman, Le Boute-charge, physiologie du quartier qui paraît avec en couverture la mention "esquisses militaires".

Il candidate sans succès aux élections législatives de 1889 et fait la connaissance de Louise Michel. Il se lance dans une série d’articles virulents contre la bourgeoisie et provoque en duel le Ministre de l’Intérieur. Il sera donc enfermé en 1890 dans la prison de Sainte-Pélagie, où il croisera Aristide Bruant.

Découragé par la politique et le peu d’engagement de la classe ouvrière, il écrit encore des articles en défense de Dreyfus mais va se consacrer aux romans feuilletons historiques et collaborer davantage à la presse anarchiste. Il écrit des feuilletons pour Le Matin, auquel participe aussi le créateur d’Arsène Lupin, Gaston Leroux. Il va rédiger la grande série en 10 volumes des Pardaillan, dont on peut commencer la lecture en ligne grâce au Projet Gutemberg .

Il participe à de nombreux journaux socialstes et anarchistes, comme Le Gueux, La Petite république socialiste mais aussi au journal anarchiste-individualiste L’En-dehors. Comme l’écrit La Feuille du CIRA de Marseille [2] :

"Les personnages de ses romans-feuilletons se veulent indépendants dans leurs actes et leurs pensées et rappellent ainsi les convictions de l’auteur".

Michel Zévaco et sa famille s’installent à Pierrefonds, où se trouve aussi Séverine, qu’il connaît depuis une douzaine d’années. Mais quand le front se rapproche, en 1917, il s’installe à Eaubonne, dans le Val d’Oise, où il mourra sans doute d’un cancer.


[1de génie selon Jean-Paul Sartre, Les Mots : " auteur de génie [qui], sous l’influence de Hugo, avait inventé le roman de cape et d’épée républicain. Ses héros représentaient le peuple ; ils faisaient et défaisaient les empires, prédisaient dès le XIVe siècle la Révolution française, protégeaient par bonté d’âme des rois enfants ou des rois fous contre leurs ministres, souffletaient les rois méchants. »

[2N° 75 Juillet-août 2006


Mis en ligne par : CREAGH Ronald

Pour citer cet article :
Un Alexandre Dumas libertaire : Michel Zévaco,
Dernières modifications : 5 février 2017. [En ligne].
https://raforum.info/spip.php?article3818
[Consulté le 24 juillet 2017]



SÉVERINE (1855-24/04/1929)
Articles du même auteur :


Pour en savoir plus :



[ telecharger pdf]


* aide à la recherche